HERITAGE des ECHECS FRANCAIS

 

              

 

Accueil
Arnous de Riviere
Aurbach
Baratz
Barbier
Barthelemy
Berman
Bernstein
Betbeder
Bienstock
Billecard
Biscay
Blum
Boncourt
Budowski
Burstein
Castillo
Chamier
Chamouillet
Chauvet
Clerc
Cukierman
D'André
De Barneville
Delaire
Deschapelles
Desloges
Desprès
De Villeneuve Esclapon
Devinck
Duchamp
Duclos
Gavarry
Gestesi
Goetz
Golbérine
Grévy
Halberstadt
Journoud
Kesten
Lamare
Laroche Bayonne
Laroche Docteur
Lazard Fred
Lazard Gus
Legall de Kermeur
Legrain
Lequesne
Maczuski
Michel
Mouret
Mouterde
Pape
Polikier
Pradignat
Ratner
Rinck
Rousseau
Seneca
Silbert
Sittenfeld
Suren
Taubenhaus
Tauber
Vertadier
Vincent
Znosko Borovsky

 

 

DESLOGES

 

Desloges fut un des bons amateurs du café de la Régence de la première moitié du 19ème siècle. On connait très peu de choses le concernant, même pas son prénom. Il est mentionné dans Le Palamède, puis plus tard dans plusieurs articles du chroniqueur Alphonse Delannoy qui avait été un de ses élèves.

Desloges fut un membre du Cercle des Echecs de Paris dès sa création par le rabbin Aaron Alexandre dans les années 1830, bien avant son arrivée au premier étage du café de la Régence en 1841:

"Le Cercle des Echecs de Paris fut institué, il y a quelques années, par M. Alexandre; il se tenait d'abord au café de l'Echiquier; il fut établi ensuite au Cercle des Panoramas. Au nombre de ses membres se trouvaient MM. Deschapelles, de Labourdonnais, Mouret, Boncourt, Saint-Amant, Calvi, Desloges, Sasias, Dumoncheau, Robello, Chamouillet, Lécrivain, Azévédo et d'autres forts joueurs" Le Palamède (janvier 1837) p.10

Une dizaine d'année plus tard, il est toujours considéré comme un des meilleurs amateurs français. Dans un article du Palamède (15 décembre 1845) p.560, intitulé « Un rédacteur du Palamède à Londres », on peut lire:

"Y a-t-il à Londres un plus grand nombre de forts joueurs qu'à Paris ?

Je répondrai à cette question, mais de manière à contenter tout le monde, bien que cependant je ne consigne ici que le consciencieux résultat de mes observations. Je diviserai donc ma réponse ainsi: Dans les premières et secondes forces, je n'hésite pas à dire que les amateurs sont plus nombreux à Paris. Autour de M. Staunton se rangent à peine quatre ou cinq grandes réputations. Avec MM. Deschapelles et St-Amant, nous possédons à Paris MM. Laroche, Kiezeritski, Calvi, Lécrivain, Sasias, Robello, Devinck, Chamouillet, Desloges, le docteur Laroche, Vuillermet, Hersent, Dumonchau et Lemaitre. Je ne compte pas le père Alexandre qui est des nôtres aujourd'hui, car, le volage, il nous quittera peut-être une fois encore. ..."

Desloges aimait beaucoup la partie à avantage, une forme de jeu où l'un des joueurs remplace une pièce par un certain nombre de pions en plus. A la Régence on jouait souvent sans la Dame mais avec 8 pions de plus.

Chess-Player’s Companion de Howard Staunton (1849) p.399-400

Alphonse Delannoy dans un article sur les temps glorieux du café de la Régence dont il s'était fait une spécialité, rappelle son amour pour les parties à avantage et indique qu'il était son élève. On y apprend également que Desloges était porteur d'une infirmité:

"Percez ce groupe examinez cet amateur ; son regard foudroye la galerie, sa parole s’exhale en murmurant contre les spectateurs, même au milieu du plus profond silence ; son corps se balance à droite, à gauche, en avant, en arrière, sa main ramène l’échiquier en droite ligne, son bras écarte les voisins. C’est cependant le plus doux, le plus aimable des joueurs. Cette brusquerie n’est pas de son caractère, elle provient d'une infirmité. Mais sa partie est compromise et c’est aux observations de la galerie qu’il attribue sa défaite. C’est M. Desloges ; athlète intrépide, exceptionnel, hardi jusqu’à la témérité, il affectionnait surtout les parties à avantage : il les jouait en effet avec un bien rare talent et improvisait des prodiges. Labourdonnais l’avait surnommé la Terreur des Mazettes. J’ai pu apprécier longtemps la justesse de ce titre, M. Desloges fut mon maître; pendant six années consécutives, je versai dans son escarcelle des boisseaux de pièces de 50 c., j ai toujours joué vite, dix parties à l’heure, je les perdais toutes, additionnez." La Nouvelle Régence (janvier 1864) p.3-4

Desloges était connu pour sa ténacité et son ingéniosité dans les positions compliquées. Dans un article du Brentano's Chess Monthly (mai 1881) p.12, Alphonse Delannoy indique même qu'il pouvait se créer volontairement des difficultés sur l'échiquier pour avoir le plaisir de se sortir habilement des problèmes afin d'épater la galerie.

Il affectionnait des débuts très inusités à l'époque comme 1.g3. Un article sur les débuts irréguliers du Palamède (15 septembre 1845) p.385, mentionne également qu'il pouvait jouer 1. ... Cç6 ou 1. ... Cf6 en réponse à 1.é4:

"Ce début et le suivant ..., qui paraîtront inutiles à la plupart des amateurs qui les regarderont comme impraticables, seront appréciés par les habitués du Café de la Régence, où M. Desloges joueur habile et ingénieux, les emploie souvent contre les adversaires à qui il fait avantage."

On retrouvera un exemple de son emploi de 1.g3 dans les quelques parties de Desloges que j'ai pu trouver :

ou 

 

Sources:

- Desloges n'est évoqué dans aucune des habituelles sources encyclopédiques. Quelques Chess Notes d'Edward Winter lui sont consacrées: CN 8659 & 8801

 

Accueil