HERITAGE des ECHECS FRANCAIS

                   

   

 

                       

source: Le cercle Philidor (1925) - collection Paul Clément           Tableau de Leonardus Nardus (1912)                 

 

Accueil
Arnous de Riviere
Aurbach
Baratz
Barbier
Barthelemy
Berman
Bernstein
Betbeder
Bienstock
Billecard
Biscay
Blum
Boncourt
Budowski
Burstein
Castillo
Chamier
Chamouillet
Chauvet
Clerc
Cukierman
D'André
De Barneville
Delaire
Deschapelles
Desloges
Desprès
De Villeneuve Esclapon
Devinck
Duchamp
Duclos
Gavarry
Gestesi
Goetz
Golbérine
Grévy
Halberstadt
Journoud
Kesten
Lamare
Laroche Bayonne
Laroche Docteur
Lazard Fred
Lazard Gus
Legall de Kermeur
Legrain
Lequesne
Maczuski
Michel
Mouret
Mouterde
Pape
Polikier
Pradignat
Ratner
Rinck
Rousseau
Seneca
Silbert
Sittenfeld
Suren
Taubenhaus
Tauber
Vertadier
Vincent
Znosko Borovsky

 

 

TAUBENHAUS Jean

14/12/1850 (Varsovie - Pologne) - 14/09/1919 (Paris)

Joueur français d'origine polonaise, il vient se fixer en France en 1882 où il résidera jusqu'à sa mort, à l'exception de la période 1893-1895 qu'il passe à Buenos Aires.

Il est professeur d'échecs au café de la Régence où il donne de nombreuses simultanées et parties d'exhibition contre les visiteurs prestigieux. Il gagne aussi les tournois à handicap de 1885, 1887, 1888, 1889 et les tournois-championnats de la Régence de 1902, 1905.

Lorsque l'automate Mephisto vient à Paris pour l'exposition de 1889, c'est lui qui en est l'opérateur dissimulé dans la machine. Il a publié un Traité du jeu des échecs en 1910, malheureusement un peu gâché par une orthographe des noms de joueurs et de lieux un peu fantaisiste.

Selon Tartakower (Le Bréviaire des échecs p.48), il serait l'auteur de la petite maxime bien connue: "Mazette voit échec, mazette donne échec"

Il participe à de nombreux tournois internationaux avec des résultats médiocres:

- 1885 Hambourg (14ème sur 18)

- 1887 Francfort (19ème sur 21)

- 1889 New York (13ème sur 20)

- 1893 New York (8ème sur 14)

Détail d'une photo montrant Taubenhaus au tournoi de New York 1893

- 1902 Paris. La Régence organise deux petits tournois, il termine 2ème derrière Janowski dans le premier tournoi et premier ex-aequo avec Janowski dans le second tournoi.

- 1903 Monte Carlo (10ème sur 14)

- 1905 Ostende (14ème sur 14)

Il dispute également des matchs:

- 1889 il gagne contre le joueur américain Max Judd en visite à Paris (3-0)

- 1891 il annule contre Stanislas Sittenfeld à la Régence (2,5-2,5)

- 1901 il bat Albin (3,5 -0,5)

- 1903 il perd contre Janowski à la Régence (7-3)

- 1905-06 il perd à nouveau contre Janowski à la Régence (3,5-2,5)

Sources:

- Chess Personalia - Jeremy Gaige (1987) p.159

- Dictionnaire des Echecs - François Le Lionnais et Ernst Maget (1974) p.176

- The Oxford Companion to Chess - David Hooper et Kenneth Whyld  (1992) p.414

- Le Guide des Echecs - Nicolas Giffard et Alain Biénabe (1993) p.1324

- La Stratégie (1919)

- British Chess Magazine - article nécrologique (1919) p.377

- Deutsche Schachzeitung - article nécrologique (1920) p.20 - (Qui le prénomme Jakob ?)