HERITAGE des ECHECS FRANCAIS

 

 

Accueil
Arnous de Riviere
Aurbach
Baratz
Barbier
Barthelemy
Berman
Bernstein
Betbeder
Bienstock
Billecard
Biscay
Blum
Boncourt
Budowski
Burstein
Castillo
Chamier
Chamouillet
Chauvet
Clerc
Cukierman
D'André
De Barneville
Delaire
Deschapelles
Desloges
Desprès
De Villeneuve Esclapon
Devinck
Duchamp
Duclos
Gavarry
Gestesi
Goetz
Golbérine
Grévy
Halberstadt
Journoud
Kesten
Lamare
Laroche Bayonne
Laroche Docteur
Lazard Fred
Lazard Gus
Legall de Kermeur
Legrain
Lequesne
Maczuski
Michel
Mouret
Mouterde
Pape
Polikier
Pradignat
Ratner
Rinck
Rousseau
Seneca
Silbert
Sittenfeld
Suren
Taubenhaus
Tauber
Vertadier
Vincent
Znosko Borovsky

 

 

BRISOUT de BARNEVILLE Nicolas Denis François

07/10/1749 (Rouen) - 26/03/1842 (Paris 20ème arrondissement)

Le Chevalier de Barneville était une figure extraordinaire du café de la Régence où il était surnommé "le Nestor des échecs". En effet il eut une longévité exceptionnelle pour l'époque et dans les années 1840, à plus de 90 ans il venait au café faire sa partie tous les jours.

Il était issu d'une famille de commerçant rouennais et il tenta d'exploiter pendant longtemps la machine à tisser le coton inventée par son père (1). Avec toutefois une parenthèse militaire qui le conduisit jusque dans le corps expéditionnaire français envoyé aux Etats-Unis pendant la guerre d'indépendance. Il assista au siège de Yorktown en 1781 (2).

Représentation de la capitulation de l'armée anglaise à Yorktown. Gravure colorée de l'époque.

Le Chevalier de Barneville nous est connu surtout par un article du chroniqueur Joseph Méry (3) dans lequel est rapporté un entretien entre De Labourdonnais et De Barneville. Le Chevalier y raconte ses souvenirs échiquéens de la fin du 18ème siècle: Philidor, Jean Jacques Rousseau, Robespierre ou encore le café de la Régence en 1789, quand il était de bon ton de ne plus dire "échec au Roi" mais "échec au tyran" ...

La Régence (avril 1851) p.117 à 120

Même si De Labourdonnais le déclarait immortel, le Chevalier de Barneville finit bien par s'éteindre en 1842 et un article nécrologique (4) lui fut consacré en avril 1842 par Le Palamède:

Le Palamède d'avril 1842 indique un décès le 24 du mois précédent, alors que l'état-civil reconstitué de Paris ainsi que la Biographie Universelle Ancienne et Moderne indique le 26 mars 1842. Par ailleurs si la date de naissance mentionnée par la Biographie Universelle Ancienne et Moderne est la bonne, il n'est pas décédé à 94 ans mais dans sa 93ème année, ce qui reste exceptionnel à cette époque. Vers 1800, l'espérance de vie en France (les deux sexes confondus) est autour de 30 ans, à peine au dessus de 40 ans en 1850 ! C'est dire si ce presque centenaire jouant aux échecs devait frapper les esprits (5).

 

 (1) L'Introduction du Machinisme dans l'Industrie Française - Charles Ballot (1923) p.57

 (2) Biographie Universelle Ancienne et Moderne - Michaud (1854) Tome 5 p.560 - On y trouve beaucoup de détails sur sa vie professionnelle et militaire. Consultable sur Google livres.

 (3) La Régence - Article de Joseph Méry (avril 1851) p.117 repris dans Almanach du Plaisir - Coll. (1852) p.42 (en fait La Régence paraissant toujours très en retard, il n'est pas impossible que la version de l'Almanach du Plaisir soit la première publiée) - Beaucoup plus tard l'article a été repris dans Les Cahiers de l'Echiquier Français (1931) 25ème cahier p.257

 (4) Le Palamède - Article nécrologique (15 avril 1842) p.234

 (5) Site internet de l'INED : "Au milieu du XVIIIe siècle, la moitié des enfants mourraient avant l'âge de 10 ans et l'espérance de vie ne dépassait pas 25 ans. Elle atteint 30 ans à la fin du siècle, puis fait un bond à 37 ans en 1810 en partie grâce à la vaccination contre la variole. La hausse se poursuit à un rythme lent pendant le XIXe siècle, pour atteindre 45 ans en 1900. Pendant les guerres napoléoniennes et la guerre de 1870, l'espérance de vie décline brutalement et repasse sous les 30 ans."

 

Accueil