Paris 1880 - 1er Tournoi National
 
Accueil
Paris 1880
Paris 1881
Paris 1883
Arcachon 1903
Lyon 1914
Paris 1923
Strasbourg 1924
Nice 1925
Biarritz 1926
Chamonix 1927
Marseille 1928
St Claude 1929
Rouen 1930
Lille 1931
La Baule 1932
Sarreguemines 1933
Paris 1934
St Alban 1935
Paris 1936
Toulouse 1937
Nice 1938
1939 - non disputé
Nice 1940
Paris 1941
Paris 1942
Pau 1943
1944 - non disputé
Roubaix 1945
Bordeaux 1946
Rouen 1947
Paris 1948
Besançon 1949
Aix en Provence 1950
Vichy 1951
Charleville 1952
Paris 1953
Marseille 1954
Toulouse 1955
Vittel 1956
Bordeaux 1957
Le Touquet 1958
Reims 1959
1960 - non disputé
Paris 1961
Paris 1962
Paris 1963
Montpellier 1964
Dunkerque 1965
Grenoble 1966
Dieppe 1967
Charbonnières 1968
Pau 1969
Mulhouse 1970
Mérignac 1971
Rosny sous Bois 1972
Vittel 1973
Chambery 1974
Dijon 1975
St Jean de Monts 1976
Le Touquet 1977
Castelnaudary 1978
Courchevel 1979
Puteaux 1980
Vitrolles 1981
Schiltigheim 1982
Belfort 1983
Alès 1984
Clermont-Ferrand 1985
Epinal 1986
Rouen 1987
Val Thorens 1988
Epinal 1989
Angers 1990
Montpellier 1991
Strasbourg 1992
Nantes 1993
Chambery 1994
Toulouse 1995
Auxerre 1996
Narbonne 1997
Meribel 1998
Val d'Isère 2002
Aix les Bains 2007
Pau 2008
Nîmes 2009
Belfort 2010
Caen 2011
Notices biographiques
Parties Commentées

 

 

    1 2 3 4 5 6 7 score
1 Rosenthal,Samuel
&;
1-  01 11 11 11 11 10
2 Clerc,Albert 0-
&;
11 11 11 11 8,5
3 Arnous de Riviere,Jules 10
&;
01  01  11 8
4 Mathéus,Frédéric 00 00 10
&;
11 10  10  5
5 Chaseray,Charles Emile 00 00 10 00
&;
 11  1½  4,5
6 De Boistertre,André 00 00 00 01 00
&;
½1 2,5
7 Oberndorffer,Hugo 00 00   01 ½0
&;
2,5

 

Dates 3 décembre 1880 au 12 janvier 1881
Lieu de jeu Cercle des Echecs de Paris, 10 rue de Beaujolais
Club organisateur Cercle des Echecs de Paris
Président comité Goldshmidt,Léo
Arbitre Vié,Léonce
Prix de beauté  
Sources examinées La Stratégie janvier 1881 / L'Echiquier d'Aix n°3, n°10 de 1880 n°1 de 1881

 

A la fin du 19 siècle, toute la vie échiquéenne française se concentre au café de La Régence à Paris. Au premier étage du café se situe le club phare de la capitale, le Cercle des Echecs de Paris. A l'occasion d'un don du président de la République Jules Grévy, lui-même amateur du jeu et fréquentant occasionnellement La Régence, l'idée d'un tournoi national apparaît.

Jusqu'alors le café de La Régence organisait deux types de tournois : le championnat de La Régence un tournoi entre ses meilleurs joueurs et des tournois à handicap qui étaient des tournois à élimination directe où les meilleurs joueurs participaient avec des handicaps (1 pion, 1 pièce, 1 ou 2 temps ...). Le Cercle des échecs de Paris lui, organisait des défis contre les autres capitales, des matchs entre joueurs célèbres, quelques tournois internationaux etc...

Le président de la République offre 4 objets d'art (une grande coupe, un service à café, deux grands vases) d'une valeur de plus de 8000 Francs, somme considérable pour l'époque, bien supérieure aux prix offerts lors du dernier grand tournoi international organisé à Paris en 1878 et gagné par Zukertort.

L'affaire est tellement inhabituelle, qu'elle fait la une des journaux: Le Gaulois (10 avril 1880)

Le comité du Cercle des Echecs de Paris auquel s'est adjoint les 12 plus grandes "notabilités échiquéennes" de Paris décide d'utiliser deux des objets pour un premier Tournoi National fin 1880 et les deux autres pour un second tournoi en 1881. Ne sont admis que les Français ou les étrangers résidant en France depuis au moins 3 ans.

Voici les conditions du tournoi :

L'Echiquier d'Aix (1880) p.41

Le tournoi sera remporté facilement par Samuel Rosenthal. Joueur d'origine polonaise il est largement le meilleur joueur vivant en France à l'époque, il est professeur d'échecs à La Régence. Il obtient même la permission du comité de ne pas jouer sa dernière partie contre Albert Clerc, car il est tombé malade et la partie ne peut modifier l'ordre des deux premiers.

Samuel Rosenthal

-----------

Il faut noter la présence dans le tournoi du "financier" Hugo Oberndorffer qui allait devenir célèbre quelques années plus tard, en 1893, en étant l'un des principaux accusés lors du procès retentissant du scandale du canal de Panama.

Hugo Oberndorffer par Frédéric Regamey