HERITAGE des ECHECS FRANCAIS

 

Muffang en 1944. Caissa Communication n°5 (1944)

 

Accueil
Andruet
Apicella
Bacrot
Bauer
Benoit
Bergraser
Bigot
Boutteville
Chéron
Crépeaux
Daniel
Gibaud
Giffard
Gromer
Haik
Hugot
Kahn
Lemoine
Letzelter
Mazzoni
Muffang
Planté
Raizman
Renaud
Rolland
Roos Michel
Rossolimo
Tartakover
Thiellement

 

 

MUFFANG André [Léon René]

25/07/1897 (St Brieuc) - 01/03/1989 (Paris)

André Muffang avait un grand talent, très précoce. En 1914, alors qu'il n'a que 16 ans, et qu'il est élève en mathématiques spéciales au lycée Saint Louis, il joua une partie d'exhibition contre Capablanca de passage à Paris et gagna le championnat du Café de la Régence. En tant que champion de la Régence, il fut invité au championnat de France des amateurs à Lyon et termina 5ème.

Il s'engage lors de la première guerre mondiale pendant laquelle il se distingue :

"M. André Muffang, le joueur émérite de la Régence actuellement sous-lieutenant au 102ème d'artillerie, vient de recevoir la croix de guerre avec la citation suivante : ''Engagé volontaire avec la classe 1915, bien qu'appartenant à la classe 1917, a fait preuve depuis son arrivée sur le front des plus belles qualités d'initiative et de sang-froid. Est un auxiliaire précieux pour son commandant de batterie qu'il seconde avec un inlassable dévouement.'' La Stratégie  (décembre 1916).

En 1919, il est lieutenant d'artillerie à Strasbourg, et prépare Polytechnique, il ne peut vraiment se consacrer aux échecs jusqu'à sa sortie de Polytechnique en 1922. 

Au début des années 1920, il joue quelques parties contre des maîtres en visite à Paris: il annule contre Kostic dans un petit match en 1920 (+1-1=0), il bat Capablanca dans une simultanée à la pendule en 1922, et il perd contre Alekhine dans un petit match en 1923 (+0-2=0).

En 1922 et 1923, il se consacre un peu plus aux échecs et ses bons résultats lui valent deux invitations pour jouer à l'étranger. En 1922, il gagne un des tournois annexes du congrès de la British Chess Federation. En 1923, il termine deuxième ex-æquo du tournoi international de Margate avec Alekhine, Bogoljubow et Mitchell derrière Grünfeld, mais devant Reti. Il gagne le tournoi de blitz qui clos le tournoi devant Alekhine ! Cela donne une idée du niveau qu'il aurait pu atteindre si il avait pas donné la priorité aux échecs.

Source: La Vie Rennaise. (vers 1925)

Par la suite, il jouera très peu, uniquement quelques championnat de France et pour l'équipe de France lors de rencontres internationales par équipes.

Il participa à quatre olympiades avec l'équipe de France: Londres 1927, La Haye 1928, Varsovie 1935, Moscou 1956. A l'olympiade de La Haye en 1928 il obtient le deuxième meilleur pourcentage tous échiquiers confondus: 78,1 %, en terminant invaincu (+9-0=7).

Dans un article d'Europe Echecs, Boutteville raconte ses souvenirs de cette période et dit de lui: "Je pense que Muffang est le meilleur joueur français que l'on ait jamais eu", sous-entendu probablement, le meilleur joueur non-naturalisé.

Il n'aura bizarrement que peu de réussite en championnat de France: une seule victoire en 1931 à Lille, il avait pu participer cette année là, car à cette époque il habitait Valenciennes.

Major de l'école des Mines, polytechnicien, il fera toute sa carrière dans la haute administration des Ponts-et-Chaussées. Il jouera un grand rôle dans la période d'après guerre, lors de la reconstruction de la France. Après 30 ans dans l'administration, il poursuivit sa carrière dans le privé où il occupa toujours des postes à hautes responsabilités.

Il a été nommé Maître International par la FIDE en 1951. Il sera le délégué français à plusieurs congrès de la FIDE dans les années soixante.

Il maintiendra son intérêt pour les échecs à ses vieux jours, malgré une cécité quasi complète à la fin de sa vie

Il possédait une bibliothèque d'échecs exceptionnelle qui a été vendue au enchères à Drouot en juin 1991.

André Muffang à un congrès de la FIDE en 1967.

Photo Sylvain Zinser Europe Echecs (juillet-août 1989) p.456

 

Sources encyclopédiques:

- Chess Personalia - Jeremy Gaige (1987) p.293

- Dictionnaire des Echecs - François Le Lionnais et Ernst Maget (1974) p.265

- Le Nouveau Guide des Echecs - Nicolas Giffard et Alain Biénabe (2009) p.861

Autres sources:

- Les Cahiers de L'Echiquier Français - Gaston Legrain (1932) 28ème cahier p.363

- Caissa Communication (1944) n°5 p.2

- Europe Echecs - Roland Lecomte (juin 1989) p.432

- Europe Echecs - Roland Lecomte & Jacques Le Monnier (juillet-août 1989) p.456

 

Accueil